Soufflage

Respecter la mise en oeuvre dans les règles de l'art.

Avant d’entreprendre les travaux d’isolation proprement dits, il y a lieu de vérifier les points suivants :

  • Le plancher est en bon état et capable de résister au poids du matériau isolant,
  • Le plancher est suffisamment étanche à l’air, et ne présente pas de trous ou de fentes ouvertes entre éléments susceptibles de nuire à l’isolation. Une membrane d’étanchéité, de type Ecofoil one, peut être nécessaire.
  • Le plancher est exempt de toute trace d’humidité résultant d’infiltration ou de défauts d’étanchéité.

Si une ventilation basse de la couverture existe, des déflecteurs doivent être posés pour éviter des mouvements.

Il n’est pas permis d’installer dans l’épaisseur de l’isolation à réaliser tout matériel électrique non protégé susceptible de créer une source de chaleur continue.

Conduits de fumées

La Norme NF DTU 24.2 prévoit une protection de sécurité incendie qui dépend de la nature et du type du conduit de fumée ainsi que de sa classe en température. Il convient de respecter en tous points ces dispositions relatives à « l’écart feu ».

Le soufflage

Le soufflage est effectué en commençant par les parties les plus éloignées en se dirigeant progressivement vers le point de sortie. L’embout de soufflage est maintenu horizontalement à une hauteur de 1 m du sol de manière à souffler le matériau à une distance d’environ 1m et qu’il tombe de son propre poids. La mise en œuvre doit prévoir une augmentation de l’épaisseur de la couche isolante de 20 % afin de tenir compte de l’effet de tassement dans le temps. Le flux maximal de matière est ajusté sur la machine. Le débit d’air est réglé à la quantité nécessaire pour la mise en mouvement dans le tuyau.  Un témoin de hauteur approprié (pige) est placé en fonction de l’épaisseur désirée (environ 28 cm pour R=6 en tenant compte du tassement de l'avis technique). 

Pour les planchers où la couche d’isolation est en contact avec de l’air en mouvement (cas de comble ventilés ou présentant des orifices de ventilation en partie basse), la surface d’isolation doit être vaporisée par un brouillard d’eau en commençant par la partie la plus éloignée, en suivant avec un retard de 1 à 2 mètres la mise en place de la couche d’isolation afin d’obtenir, après séchage, un croûtage limitant le déplacement de l’isolant . Il est recommandé de ne pas marcher sur l’isolant soufflé, même croûté.