Les Matériaux biosourcés - Comportements - FDES

Les matériaux biosourcés ont donné lieu à une étude spécifique portée par la DHUP et le Ministère du Logement en 2012. L'organisme chargé d'analyser les matériaux et les performances des isolants biosourcés est "Construire et Bioressources". L'ensemble des filières permettant la fabricant de matériaux à base de matières renouvelables (fibres de bois, chanvre, paille, ouate...) ont participé à ce travail qui a duré plusieurs années avec pour objectif de caractériser la performance des matériaux biosourcés comparés à des solutions conventionnelles de types "laines minérales".

Extrait de la Préface du projet :

"Le comportement hygrothermique d’un matériau est fortement lié à sa nature (matière qui le constitue) et à sa porosité, par conséquent, tous les matériaux n’ont pas les mêmes caractéristiques par rapport aux variations hygrométriques, hydriques et thermiques. Les travaux menés soulignent en fait la difficulté du sujet étudié. En effet, la physique des transferts de vapeur d’eau et d’eau liquide au sein d’un matériau est complexe. Toutefois, il convient de bien caractériser le comportement d’un matériau par rapport à ces phénomènes afin d’optimiser son utilisation. Sur ce sujet, les matériaux biosourcés font l’objet depuis plusieurs années, d’études visant à comprendre et à caractériser leur comportement hygrothermique. Ces études montrent que les matériaux biosourcés présentent des performances spécifiques par rapport aux phénomènes hygrothermique. Ces performances particulières jouent un rôle important dans le confort intérieur d’un bâtiment. Certains travaux de recherche évaluent la capacité des matériaux biosourcés à stocker et déstocker la vapeur d’eau ou encore estime l’influence des phénomènes hygrothermiques sur leurs caractéristiques et leur durabilité. D’autres études encore, sont consacrées à la caractérisation et à la modélisation du comportement hygrothermique des matériaux biosourcés et montrent que ce comportement spécifique a une influence sur les performances énergétiques d’un bâtiment (consommation d’énergie). L’objet de ce document est de faire un état des lieux des publications sur le comportement hygrothermique des matériaux et produits de construction biosourcés et d’en présenter, sous forme de synthèse, les principaux résultats."

Cette étude démontre l'intérêt d'utiliser des matériaux isolants végétaux car ils  réduisent l'impact carbone sur l'environnement, favorisent la régulation de l'humidité dans la construction, et augmentent le déphasage (confort d'été) des constructions en permettant de réduire les besoins en consommation d'energie.

Ouateco a réalisé une FDES ouate de cellulose correspondant a une analyse de cycle de vie des produits. L'objectif de cette FDES pour notre gamme de ouate de cellulose pour une application en soufflage de combles, est de mettre en avant la réduction des impacts environnementaux avec nos produits comparés à des isolants minéraux.

Si l’on compare la ouate de cellulose Ouatéco avec une laine de roche, en se plaçant dans l’unité fonctionnelle « réaliser une fonction d’isolation thermique sur 1m² de paroi en assurant la résistance thermique de R= 7 K.m².W-1 pour l’isolation des combles perdus par soufflage mécanisé », nous obtenons notamment les résultats suivants, sur l’ensemble du cycle de vie, du berceau à la tombe

  • La ouate de cellulose Ouateco contribue 8 x moins au réchauffement climatique par rapport a une laine minérale
  • La ouate de cellulose Ouateco pollue 13x moins l’eau et 2x moins l’air
  • La ouate de cellulose Ouateco nécessite presque 2x fois moins d’énergie primaire

Pour chaque m² isolé en Ouatéco selon les conditions écrites précédemment, 3.8 MJ d’électricité sont fournies à l’extérieur par notre usine.

Les pièces jointes correspondent aux 2 FDES comparées, avec la même unité fonctionnelle.

L'étude "In Situ" de déphasage permet d'obtenir une température inférieure de 5 degrés, en été, dans une maison en comparaison d'une isolation identique en laine minérale (étude disponible sur demande).

L'avenir de notre environnement et de notre confort est entre nos mains